Aung San Suu Kyi

Publié le par Betty Faivre

 Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991est née à Rangoun.

Aung San Suu Kyi est une figure emblématique de l'opposition à la dictature militaire Birmane. Après avoir été placée en résidence surveillée pendant des années, elle est emprisonnée depuis plusieurs mois et son "procès" débute aujourd'hui en Birmanie.

Jane Birkin avec son pin's « Free Burma » nous parle de cette femme qu'elle soutient contre vents et marées.


Dans Enfants d'hiver vous avez écrit une chanson pour Aung San Suu Kyi. Pourquoi ?
Parce que personne d'autre ne le fait en France. Je dis en France parce qu'en Angleterre il y a beaucoup d'associations et beaucoup de médias qui parlent d'elle. La Birmanie faisait partie de l'Empire britannique...


Quelle est l'histoire de cette femme ?
Le père d'Aung San Suu Kyi a été leader de la libération de la Birmanie. Elle a épousé un anthropologue anglais avec lequel elle a eu deux enfants. En 1991, il y avait un film de John Boorman qui s'appelait Rangoon... On ne peut que penser à elle. Nous sommes tous imprégnés par ce film et par le charisme d'Aung San Suu Kyi qui est prix Nobel de la paix. C'est la principale opposante à la dictature en Birmanie. Elle est encore en prison. Elle va être jugée dans une semaine et elle risque la prison ferme. Evidemment, elle va être écartée des élections de l'année prochaine. Elle a 63 ans et elle est malade. Par deux fois, j'ai cru qu'elle allait mourir. Je me sens responsable d'elle et je veux faire de mon mieux pour elle. Aucun politique français ne semble intéressé, mis à part le maire du XXe arrondissement de Paris, le maire de Paris et Carla Bruni, qui a fait une plaidoirie pour elle. Elle a d'ailleurs été très critiquée pour cela, mais je la remercie beaucoup. Si la reine d'Angleterre pouvait en faire autant, ça serait très bien. Je pense qu'il n'y a que les sanctions économiques qui marcheront. Je fais donc des manifestations pour elle, je n'arrête pas.


Sur votre site officiel Janebirkin.net, vous postez beaucoup de billets d'humeur pour Aung San Suu Ki. Est-ce pour vous un moyen de la soutenir ?
Oui. Les Anglais et les Belges sont beaucoup plus actifs. En France l'association Info Birmanie est très pauvre. J'ai l'impression que tout le monde s'en fout. Il y a des gens, de bon cœur, qui viennent à nos manifestations mais j'ai l'impression que tout le monde s'en moque. Si nos discours ne passent pas sur les radios ou sur les télévisions et si on ne prend pas des pages de pub dans la presse, personne ne sait. Aung San Suu Kyi est une personne qu'on va regretter énormément. Il y a urgence. Je n'ai pas beaucoup d'armes. Si d'autres artistes se ralliaient à cette cause ce serait bien. Parce qu'au bout d'un moment les gens en ont marre de me voir.


Que Carla Bruni-Sarkozy en ait parlé est un grand pas...
Oui, j'ai trouvé cela très bien. Le temps est compté, il ne faut pas que Aung San Suu Kyi meure.


Vous avez aussi marché pour d'autres...
Pour Aung San Suu Kyi, ce n'est pas trop tard. Elle est bouddhiste et pacifiste, elle est dans les mains de brutes qui ont saisi le pouvoir parce que c'est elle qui l'a gagné en 1990, à 83 %. Aussi sec, ils l'ont mis en taule et c'était fini pour le parti démocratique.


L'avez-vous déjà rencontrée ?
Oui, j'ai eu la chance de la voir une heure en Birmanie il y a dix ans. Et j'ai vu les orphelinats, j'ai vu comment les gens étaient terrifiés de parler. Il y avait un lycée français là-bas où les élèves avaient appris toutes les paroles de Serge Gainsbourg. Ils connaissaient L'Homme à la tête de choux par cœur et j'ai chanté pour 100 personnes là-bas. La condition pour que je chante était que je rencontre Aung San Suu Kyi. Il ne faut pas l'oublier et il faut qu'elle sache qu'on ne l'oublie pas...


Aung San Suu Kyi will be gone and
She'll be on a T- shirt
The marketing 's good


Monks are dying
Soldier children crying
We're playing bubbles
With four years old curls


Torture, drug deals
Finance our dreams
Why should we care ?

The stock market 's good


Petrol's booming
Generals' wooing
Trucks are looming
In Rangoon


We know your faces
Come out and die
And welcome the
Tourist under the
Burmese sky


But tomorrow Christine and
Me'll feels just the same
With our china tea


2008. "Amnesty report". Burma
The eighth to the eighth of eighty eight the people's uprising was bloodily and brutally repressed by the military junte
Twenty years of prison and torture would follow
In 1990 Aung San Suu Kyi and her Democratic Party
Won the general election by eighty three per cent
In 1991 she won the Nobel peace price
Seventy thousand children are soldiers
Ten children out of a hundred don't get to live to five years old


Aung San Suu Kyi will be gone and
She'll be on a T-shirt
The marketing's good


Monks are dying
Soldier children crying
We're playing bubbles
With four years old curls


But tomorrow Christine and
Me will feel just the same
Maybe shed a tear in our china tea


But tomorrow the world will see
We did nothing for Aung San Suu Kyi


2008 Amnesty report, Burma :
Birma is one of the poorest countries in the world but one of the richest in jewels, drugs, teck , petrol, natural gas , Total 's pipe lines give the military junte more than a million dollars a day.
Birma has one of the worst records for child mortality and aids.
The international comity of the Red Cross withdrew from Burma because it could not fulfil its mission.
No one knows the numbers of the tortured, the numbers of the dead.

This song is dedicated to Aung San Suu Kyi, her democratic party,
the monks, the students, the people of Burma, the children.
This is a plea For Aung San Suu Kyi.

Publié dans Les gens

Commenter cet article