22 août

Publié le par Betty Faivre

Les fêtes du jour

St-Fabrice, St-Néophyte
St-Sigefroy (ou Sigfrid), St-Symphorien


Le dicton du jour

Belettes blanches de la St-Symphorien,
Annoncent que l'hiver est en chemin


22 août 1495

Fin de la guerre des Deux-Roses


A la bataille de Bosworth, Richard III (de la maison de York) est tué, et le vainqueur, Henri Tudor (de la maison de Lancastre) est couronné roi d'Angleterre sous le nom d'Henri VII. Cette bataille met fin à la guerre des Deux-Roses (1455-85). Henri VII épousera Elisabeth IV d'York, nièce de Richard III, réunissant ainsi les deux Roses et fondant la dynastie des Tudor qui règnera en Angleterre jusqu'en 1603.


22 août 1812
Découverte de Pétra



L'explorateur suisse Johann Ludwig Burckhardt découvre l'ancienne cité de Pétra (dans l'actuelle Jordanie), située au fond d'une gorge, accessible que par un défilé de 1 600 mètres de long et 2 mètres de large. Capitale des Nabatéens (Vème s. av. J.-C.), elle fut un important centre caravanier et une riche cité commerçante. Elle fut annexée par les Romains au IIème siècle et perdit de son importance avec la conquête arabe au VIIème siècle. La cité renferme de nombreux tombeaux creusés dans les falaises.


22 août 1864
Première convention de la Croix-Rouge



La Conférence internationale réunie à Genève le 8 août pour élaborer une convention "pour l'amélioration du sort des militaires blessés", s'achève. La Convention prévoit : l'obligation de soigner les blessés sans distinction de nationalité, la neutralité du personnel et des établissements sanitaires et le signe distinctif de la croix rouge sur fond blanc. La Croix-Rouge a été inspirée par le philanthrope genevois Henri Dunant. Trois autres conventions (1906, 1929 et 1949) renforceront son rôle


22 août 1962
L'attentat du Petit-Clamart contre de Gaulle



Le cortège présidentiel qui vient de quitter l'Elysée pour se rendre à Colombey-les-deux-Eglises, est pris à partie par trois hommes armés de pistolets-mitrailleurs, alors qu'il traverse le Petit-Clamart. Cet attentat est l'oeuvre de l'OAS (Organisation de l'Armée Secrète), qui s'oppose à l'indépendance de l'Algérie. Le général de Gaulle qui en réchappe, profitera de l'émotion causée par l'attentat pour proposer l'élection du président de la République au suffrage universel.

 

Publié dans Ce jour-là

Commenter cet article