Le mausolée de l'empereur Qin

Publié le par Betty Faivre

Une armée de terre cuite.

C’est une belle histoire, l’une des plus grandes découvertes archéologiques du vingtième siècle : A deux heures d’avion de Pékin, au cœur de la Chine ancestrale et historique que traverse l’ancienne Route de la Soie, le mausolée de l’Empereur Qin, le 1er Empereur de Chine, est devenu un symbole de l’histoire de l’Empire du Milieu. 


C’est là, autour de la colline, non loin du mont Li, dans la province du Shanxi, en Chine du nord, sur près de deux hectares, qu’a été découvert le tombeau impérial un jour de 1974 . Les frères Yang, deux paysans de la région, ne se doutaient pas en creusant leur puits en cette année de sécheresse qu’ils allaient mettre la main sur cet incroyable trésor : des milliers d’hommes, statues de terre cuite, témoins d’une civilisation stupéfiante, dormaient là depuis plus de 2200 ans !

L’Armée de l’au delà est en ordre de marche : des fantassins, des  sous officiers, des officiers, des cavaliers…. Tous, le regard tourné vers l’Est, tous entourant l’Empereur dans sa dernière demeure. A quelques kilomètres de là, d’autres fosses entourant un autre mausolée impérial, celui du 4ème Empereur de Chine, ont été également mises à jour : là aussi des milliers de statues, plus petites que celles de Xi’An ont été découvertes mais le site de l’Empereur Qin reste le plus grand trésor jamais dévoilé à ce jour.
Les fouilles entamées depuis 1974 ont mis à jour trois grandes cavités, d’immenses fosses où ont été retrouvés plus de six mille soldats. Beaucoup considèrent qu’il ne s’agit là que d’une partie infime de l’iceberg archéologique, qu’il y a encore beaucoup d’autres trésors à découvrir sous terre dans cette région. L’Armée de terre cuite de l’Empereur Qin n’est peut-être que l’amorce d’une découverte plus importante encore. Les fouilles sur le site de Xi’An continuent, les recherches archéologiques se poursuivent.
 
 
C'est la plus fabuleuse découverte archéologique depuis la tombe de Touthankamon. Tout un pan de l'histoire et de la culture chinoises s'illumine depuis cette date sous les yeux ébahis des historiens.
Le fondateur de la Chine, de son vrai nom Zhen Ying, le premier empereur chinois est resté dans l'Histoire sous le nom de Qin Shi Huangdi, qui signifie «Premier empereur Ts'in» en mandarin, la langue dominante de la Chine du nord (dans l'ancienne graphie chinoise, le nom s'écrit Ts'in Che Houang-ti).
L'oeuvre de Qin Shi Huangdi «égale en importance et dépasse singulièrement en durée celles d'Alexandre et de César» (René Grousset, Histoire de la Chine).
Une première dynastie impériale, les Tcheou, était apparue en Chine du nord, dans la province du Chen-si, vers l'an 1000 avant JC. Mais sa rapide déliquescence entraîne les féodaux et les roitelets locaux à prendre le pouvoir. Il s'ensuit des guerres impitoyables, des razzias et des massacres.
C'est en cette époque dite des «Royaumes combattants» que Zhen Ying vient au monde. Il monte sur le trône du royaume Qin à l'âge de 13 ans, en 247 avant JC.
Le pays de Qin, protégé par sa situation dans la haute vallée de la Wei, au-dessus de la riche plaine céréalière du Ho-nan, est considéré comme la «Prusse» de la Chine. Doté d'une armée redoutable que d'aucuns évaluent à plusieurs centaines de milliers de combattants, il a une vocation naturelle à la suprématie.
Dans un premier temps, le jeune Zhen laisse les rênes du pouvoir à un vieux conseiller, Lü Buwei. Lui-même se prépare assidûment à ses devoirs de monarque. Dès l'âge de 21 ans, il va l'exercer dans toute sa plénitude (comme Louis XIV après la mort de Mazarin).
Avec l'aide dévouée de son Premier ministre, Li Si, le roi de Qin entreprend derechef la conquête des autres royaumes de la Chine du nord. L'un après l'autre, les États de Zhou, Han, Zhao, Wei, Chu, Yan et Qi tombent sous sa domination en une dizaine d'années, de 230 à 221 avant JC.
Pour prévenir de nouvelles scissions, Zhen Ying fait table rase du passé et unifie l'administration. «Son césarisme autoritaire en finit avec une féodalité qui semblait inhérente à la société chinoise» (René Grousset, Histoire de la Chine).
- Il remplace les anciennes subdivisions par 36 gouvernements sous l'autorité d'un gouverneur civil, d'un gouverneur militaire et d'un intendant.
- Il unifie la monnaie, les systèmes de mesure, l'écartement des essieux et surtout l'écriture (en Chine, où l'on parle encore aujourd'hui de multiples langues, les idéogrammes restent le principal facteur d'unité)...
En 213 avant JC, sur une suggestion de Li Si, le souverain détruit tous les livres anciens de littérature et de philosophie, lui-même se réservant le droit d'en conserver un exemplaire dans sa bibliothèque (celle-ci sera incendiée par des émeutiers après sa mort).
L'empereur signe un édit portant que «ceux qui se serviront de l'Antiquité pour dénigrer les temps modernes seront mis à mort avec leur parenté». Il veut de la sorte prévenir toute contestation des lettrés disciples de Confucius, Lao Tseu et Mencius, qui cultivent la nostalgie du régime féodal antérieur. En guise de précaution supplémentaire, 460 de ceux-ci sont enterrés vivants l'année suivante.
Despote éclairé, Zheng se fait bâtir une nouvelle capitale, Xianyang, où il réunit la noblesse dans de nombreux palais afin de la tenir sous surveillance. Il lance par ailleurs de gigantesques travaux de génie civil et multiplie les canaux d'irrigation pour prévenir sécheresses et famines, avec le concours d'un brillant ingénieur, Cheng Kuo. Beaucoup de ces canaux sont encore en service dans la Chine moderne.
Contre la menace permanente d'invasions mongoles, il entreprend de réunir en une ligne continue les fortifications éparses des confins septentrionaux de la Chine. C'est ainsi qu'au prix d'efforts immenses, la Chine se dote de la «Grande Muraille», le plus long monument créé de main d'homme (plus de 2000 km de long).
En 214 avant JC, l'empereur envoie une armée au sud du fleuve Yang Tseu Kiang, où vivent des populations sans rapport avec la culture chinoise. Les militaires occupent Canton et l'empereur ordonne des échanges massifs de populations afin d'entamer la sinisation du sud.
L'empire, jusque-là limité au bassin du fleuve Houang Ho, voué à la culture du blé, va étendre son emprise dans les régions méridionales au climat tropical, aux collines boisées et aux vallées rizicoles.

Le meilleur reste à venir avec la construction du futur tombeau de l'empereur.

char-en-bronze.jpg

Redoutable et haï, Zheng Ying a été pendant son règne l'objet de plusieurs attentats qui ont ébranlé son équilibre mental, l'amenant à changer de palais en permanence dans sa capitale de Xianyang.
En 227 avant JC, un érudit, Jing Ke, réussit ainsi à l'approcher avec un poignard empoisonné et c'est de justesse que l'empereur échappa à la mort. Il fut aussi agressé en 219 avant JC par un musicien aveugle.

Obsédé par la quête de l'immortalité, Zheng Ying consulte en vain mages et médecins. Il envoie même une puissante expédition navale à la recherche d'un légendaire pays de l'immortalité (le Japon?). On n'aura jamais de nouvelles des milliers de personnes engagées dans l'expédition.

 

Enfin, l'empereur engage la construction de son tombeau, une oeuvre plus colossale encore que la Grande muraille. Plusieurs centaines de milliers d'ouvriers et de condamnés sont affectés à sa construction.

Il est prévu, selon l'usage antique, que les proches du défunt empereur soient inhumés avec lui pour l'accompagner et le servir dans le monde de l'au-delà. Comme cela ne lui suffit pas, Zheng Ying veut aussi se faire accompagner par les meilleurs de ses généraux et de ses soldats, ou du moins par leur représentation en terre cuite. C'est ainsi que 7.000 soldats plus grands que nature, sans compter les chars et les chevaux, sont enfouis dans des salles adjacentes au tombeau, rangés en ordre de bataille... Las, à peine l'empereur sera-t-il mort que des insurgés envahiront son tombeau et briseront toutes les statues pour se venger du despote !
     soldat5.jpg 

 

Depuis 1974, à mesure que les archéologues excavent ces débris et les rassemblent, ils découvrent des personnages saisissants de vérité, tous différents et remarquablement expressifs, depuis le fantassin bêtasse jusqu'au général rude et brutal (si vous avez la possibilité de voir ces soldats en terre cuite, à la faveur d'un voyage ou d'une exposition itinérante, vous éprouverez des sensations inoubliables comme moi au British Museum).

musicien.jpg soldat1.gif soldat9.jpg

 

Conscient de la grandeur de son oeuvre, Zheng fit ériger dans tout l'empire des stèles à sa gloire dont beaucoup subsistent aujourd'hui encore : «Il a réuni pour la première fois le monde», dit celle du T'ai-chan.

Mais en dépit de ses efforts, l'empereur n'échappa pas au sort commun. Il meurt de maladie en 210 avant JC, lors d'une expédition. Ses conseillers, craignant à juste titre pour leur vie, cachent sa mort tant bien que mal pendant un certain temps. Mais lorsque celle-ci vient à se savoir, des soulèvements populaires se multiplient dans le pays contre le gouvernement et les institutions du despote défunt. Li Si lui-même est exécuté. 


puits1-2.jpg 




Publié dans Là-bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article