Google coté en bourse

Publié le par Betty Faivre

Un géant nommé Google

Le 19 août 2004, la jeune société Google fait son entrée en Bourse. Les 50 milliards de dollars ainsi collectés vont lui permettre de démultiplier ses moyens.

On raconte que leur première rencontre fut tendue. Mais les deux étudiants de l'Université Stanford, Larry Page, 24 ans, et Sergey Brin, 23 ans, s'entendent rapidement.

Nous sommes en 1996, les deux compères lancent un projet scientifique sur les moteurs de recherche internet qu'ils nomment d'abord « BackRub ». « Trop tard » leur dit-on souvent, car le marché semble être déjà pris par Altavista. Qu'importe, ils finissent par trouver des fonds (un million de dollars tout de même), s'installent dans un garage et lancent la société Google Inc., le 7 septembre 1998. Le nom, qui veut signifier l'immensité en terme de compilation de données, a été inspiré par un livre du mathématicien américain Edward Kasner, qui a baptisé « Googol », le nombre formé du chiffre 1 suivi de 100 zéros.

Nouvelle technologie

 

Dès décembre 1998, Google est élu meilleur moteur de recherches. Ceci en raison d'une nouvelle technologie, le PageRank, inventé par Larry Page, qui classe les pages web en raison de leur popularité parmi les internautes. Le premier brevet, enregistré le 9 janvier 1998, est un travail d'étudiant. Financé par des fonds publics américains, il est la propriété de l'Université Stanford, qui a octroyé une licence exclusive d'exploitation à Google jusqu'en 2011. Ce système initial a toutefois été aujourd'hui remplacé par un autre, faisant appel à de complexes algorithmes mathématiques, aussi secrets que la composition exacte du Coca-Cola.

En juin 2000, Google devient le plus gros moteur de recherche mondial avec un index d'un milliard de pages. Surtout, en 2001, la firme lance une nouvelle qui la démarque des autres sociétés du web : elle gagne désormais de l'argent !

La multiplication des services proposés par Google semble ne plus devoir s'arrêter. Une fois engrangées les données personnelles des utilisateurs, la société les exploite commercialement. L'invention d'un système de liens sponsorisés, c'est-à-dire payant pour les sociétés voulant se faire connaître des internautes, va faire la fortune de la société américaine.

En 2000, ses bénéfices sont déjà de 12 millions de dollars. Ils passent à 106 millions en 2003 lorsque l'idée d'une introduction en bourse se fait jour. L'idée est mal accueillie, pendant l'été 2004, par les analystes de Wall Street, qui jugent que la conjoncture n'est pas favorable pour les valeurs technologiques.

Introduction difficile

 

Les deux fondateurs de Google n'inspirent pas confiance aux investisseurs institutionnels. N'ont-ils pas choisi le magazine Playboy pour communiquer sur leur entrée en bourse ? Et quelle est cette idée loufoque de vouloir procéder à des enchères publiques sur internet pour les actions mises sur le marché ?

Page et Flyn doivent revoir leurs prétentions à la baisse. Ils comptaient proposer l'action à plus de 100 dollars l'unité. Le 19 août 2004, ils doivent se contenter d'une première cotation à 85 dollars. Ce n'est que partie remise.

Quelques semaines plus tard, l'action vaudra 200 dollars et grimpera même jusqu'à 700 dollars en septembre 2008.

L'introduction a permis à Google de dégager 50 milliards de fonds que la société a consacré à divers rachats et développements : logiciels de localisation, de reconnaissance photographique, de visualisation, de cartographie etc... sont venus compléter ses ressources. Google est aussi devenue propriétaire de Picasa et de You Tube.

En 2008, la société a dégagé 1,35 milliard de dollars de bénéfice.

Moteur de recherche le plus populaire au monde, base de données phénoménale sur les habitants de cette planète, Big Brother Google est devenu ce géant qui peut désormais annoncer un trilliard (un 1 suivi de 12 zéros) d'adresses internet référencées. Le Googol de Kasner, s'il était une plaisanterie à l'origine, risque bien, un jour, de devenir une réalité dans le Googleland planétaire.

Philippe PIOT

Publié dans Histoire et histoires

Commenter cet article